100% Clichés, Antidépresseurs, Asie d'Antan, Coréen, Entre Deux, Kiss Him !, Let's Cry, Magique...

Hwarang

Un Roi Bisounours pour Silla…

 

Image associée

  • Genres: Comédie, romance, drame, action, semi-historique
  • Episodes: 20
  • Corée du Sud

L’histoire se situe à l’époque des Trois Royaumes, plus précisément dans le royaume de Silla, où un groupe de six jeunes hommes s’entraînent d’arrache-pied afin de devenir l’élite civile et militaire du pays (hwarang). Leur formation bien que difficile regroupe l’excellence artistique, militaire et intellectuelle.

Cette équipe de hwarang est composée de : Mu Myeong / Seon Wu, un jeune homme issu d’un milieu modeste mais souhaitant devenir un guerrier légendaire, Sam Maek Jong / Ji Dwi, un jeune roi solitaire et méfiant qui deviendra secrètement un hwarang dans le but d’acquérir de nouvelles compétences, Su Ho, un aristocrate au sang chaud né avec une cuillère en argent dans la bouche et doté d’une âme chevaleresque, connu comme étant un « playboy » mais en réalité dévoué en amour, Ban Ryu, une jeune homme froid et compétitif, ayant reçu l’enseignement de la politique dès son plus jeune âge et cherchant avant tout le pouvoir, Yeo Wul, qui est l’incarnation à la fois de la beauté et du mystère mais n’ayant pas sa langue dans sa poche, et Han Seong, le plus jeune du groupe qui se trouve également être le plus innocent et le plus éclatant.

Ah Ro est quant à elle une jeune fille mi-aristocrate mi-roturière qui croisera leur route… (Nautiljon)

Ma critique ne sera pas très longue, il n’y a pas grand chose à dire de ce drama moyen qui est pleinement une comédie de fantasmes dans un contexte semi historique.Si vous cherchez un grand drama historique, passez votre chemin; si vous souhaitez de la petite comédie « mignonette » , décalée avec un beau casting pour vos soirées de pluie ou après une dure journée de travail, alors vous l’apprécierez à sa juste valeur (c’est-à-dire, sans l’encenser).  Si vous le tentez, je vous conseille de préparer votre repas, de repasser vos chaussettes trouées (si tout le monde en a une, ne niez pas!), de vous faire une manucure ou de… hm lors du premier épisode et surtout durant les 10 premières minutes. La plupart des dramas, et surtout pour les dramas historiques qui doivent poser lentement les bases de la trame et dévoiler qui est qui de manière à ce qu’on comprenne les statuts de chacun,  démarre lentement avec un premier épisode toujours en-dessous des autres épisodes en terme de qualité, mais là c’est la première fois que j’ai arrêté au bout de 5 minutes en me demandant si je ne m’étais pas trompée de drama ou s’il y avait eu un mauvais encodage ahah. Les pires premières minutes d’un drama sont décernées à Hwarang youhou! Commençons par le contexte…

 

Résultat de recherche d'images pour "hwarang"

Problème de genres du drama

Où est passé le semi-historique ?

Le drama démarre bien et fort -si on omet le premier épisode mais j’y reviendrai plus tard- sur beaucoup de plans mais il annonce surtout qu’on aura un drama semi historique puisque le scénariste nous offre des anachronismes de taille. Je ne vous les révèle pas, même si ce ne serait pas un gros spoil, je préfère vous laisser être surpris(e) et vous esclaffer devant. Le fait de créer une comédie totalement décalée en se moquant un peu des dramas historiques en leur apportant des éléments modernes, était à double tranchant pour les téléspectateurs. Effectivement, soit on aimait l’historique pur et on n’appréciait donc pas Hwarang, soit on acceptait l’auto-dérision des scénaristes et on appréciait les anachronismes très drôles et décalés. Le problème est que ces anachronismes ne sont pas conservés après quelques épisodes, le scénariste se concentre sur d’autres caractéristiques de son scénario et on retombe dans un drama historique classique mais pire encore, on tombe dans un drama historique très médiocre. Le côté décalé, les anachronismes, faisaient vraiment l’originalité du drama et permettaient au spectateur de ne pas trop s’insérer dans les problématiques et conspirations historiques qui sont du vu et revu et re-revu à l’infini.

Résultat de recherche d'images pour "hwarang drama club"

Où est passé la comédie ?

J’ai eu la chance de pouvoir regarder Hwarang en même temps que Scarlet Heart Ryeo (critique en attente -d’énergie!-) et je peux donc bénéficier d’une comparaison très intéressante en plein possession de mes souvenirs. Si Scarlet et Hwarang présentent tous deux un joli éventail de beaux jeunes hommes qui tantôt se chamaillent, tantôt s’amusent, les deux sont sans comparaison dans la gradation ou la perte des genres pour l’autre. Explications: Scarlet commence sur un peu de comédie-romance puis a une bonne gradation du drame qui s’insère petit à petit dans l’histoire pour finir par être très noir, nous conduisant à certaines émotions et à penser que le but du scénariste est donc pleinement rempli sur la morale de l’histoire. En revanche, Hwarang, commence par de la comédie, puis après ne devient pas vraiment du drame à l’état pur, quelques larmes dans un certain épisode, et alors qu’on pense qu’il veut nous offrir une gradation politique et sentimentale, il finit par conclure comme un bon vieil épisode de drama bisounours et médiocre… Le scénariste s’est perdu ou n’a pas su faire un choix entre finalement prendre au sérieux le contexte politique qui avait évolué suite à quelques révélations -malgré les nombreux sous-entendus dans les épisodes précédents et poursuivre en comédie comme à l’origine. Le mieux, afin de rester sur une bonne impression générale de comédie décalée, et surtout quitte à nous servir autant de bisounours écoeurant, aurait été de tout prendre au second degré, même les questions politiques autour du Roi de Silla qui doit être bon et généreux pour le peuple. Ce qui n’existe jamais à cette époque (et encore bien difficile aujourd’hui).

Résultat de recherche d'images pour "hwarang ban ryu et soo ho"

Pas assez d’action…

Nom d’un petit bonhomme en mousse ! Tous ces beaux Hwarang qui s’entraînent pour protéger Silla et/ou son Roi selon les points de vue et pourtant si peu d’action. Surtout qu’il aurait pu être intéressant de tourner à la dérision les scènes de combats légendaires dans les dramas historiques -comme savent le faire maladroitement et probablement involontairement les chinois comme dans Princess Wei Young ahah-.  Ils s’entraînent soit disant beaucoup mais on les voit plus se promener dans leur habitat, réfléchir sur des auteurs autour de la question du pouvoir (intéressant mais trop prenant) et on les voit surtout se parler, se menacer, s’espionner, roucouler… bref heureusement qu’on adore beaucoup de personnages dits secondaires, sinon on aurait fini par dormir devant !!!

… Et trop de romance !

J’aime beaucoup l’actrice principale Go Ara qui joue Ah Ro mais son personnage devient un peu niais une fois qu’on entre pleinement dans la romance et dans le triangle amoureux. Au début, elle  a beaucoup de caractère, on adore la voir s’énerver, rugir, espionner, montrer sa perspicacité sans parler d’intelligence et puis après on ne la voit presque plus qu’en train de parler de son chéri à la soeur du Roi , Princess Sookmyung, ou surtout à se parler toute seule assise à quelque part se demandant ceci ou cela. J’ai fait beaucoup d’avance rapide sur ces moments-là car rien n’était pertinent, ça n’apportait aucune substance et on sait X fois qu’elle s’inquiète pour un personnage en particulier. Dans tous les cas, on ne s’attendait pas à de la grande romance dans un drama décalé en 20 épisodes mais la romance a été trop présente au détriment du développement d’histoires de personnages secondaires.

Sans transition: comment osent-ils éclipser nos superbes Hwarang ?

 

Nous avons une bonne premier moitié de drama tant en rythme qu’en comédie. On comprend pourquoi tous ces personnages sont réunis en ce lieu précis et on voit la trame principale se dessiner joliment. Tout au long du drama, vous verrez certains personnages qui n’ont vraiment pas la vie facile. Hé oui, le Roi sans visage et Sun Woo  ne sont pas les seuls à posséder un destin particulier du fait d’un statut ou d’une absence de statut. Vous allez adorer suivre les méandres de Ban Ryu, qui est à mes yeux l’un des personnages secondaires le plus intéressant en psychologie et pour le changement d’orientation finale du drama. Vous serez ébloui(e)s par la féminité de Yeo Wool puis vous serez amusé(e)s par Soo Ho  et enfin vous aimerez comme un frère Han Sung dont l’innocence cache un grand dilemme familial. Mettre tous ces Hwarang réunis et montrer qu’ils le sont pas seulement pour le Roi mais aussi pour leur propre destinée et pour s’émanciper, mûrir était vraiment une bonne idée. Une bonne idée gâchée dans les derniers épisodes puisqu’ils sont totalement éclipsés par la rivalité entre Moo Myung/Sun Woo et Ji Dwi. Nos beaux Hwarang deviennent des figurants et des moutons de l’un ou l’autre des personnages principaux masculins. Mais le pire est probablement ce que je vais rapidement développer ci-dessous:

Résultat de recherche d'images pour "hwarang ban ryu et soo ho"

Ban Ryu et Soo Ho

Focus sur les personnages de Ban Ryu et de Dan Se (le frère de Han Sung qui est de sang mêlé):

L’influence et la complexité de la famille de Ban Ryu obligent ce dernier à être le « jouet de la Fortune » comme dirait Shakespeare ahah. Voulant être filial, il devient -parfois sciemment- un pion de l’échiquier politique de Silla. Bien entendu, vous lui crierez tout le long du drama « Ban Ryu chéri (ne soyez pas jalouses les filles, il est à moi!) sois fort, tu peux faire tes propres choix ». D’une manière ou d’une autre, on se doute bien qu’il y aura une évolution de la personnalité de Ban Ryu. J’adore quand les psychologies des personnages évoluent au cours des épisodes. Tout était prêt pour que Ban Ryu soit une clef de la fin du drama par rapport à sa famille et ses choix, ses liens nouveaux avec les Hwarang. Au final…. je dirai rien pour ne pas vous spoiler, mais c’est une grande déception. En fait, techniquement, je ne peux même pas vous spoiler puisqu’il ne se passe rien, le personnage de Ban Ryu est mis au banc (muhhehe ce jeu de mot!)
Quant au frère de Han Sung… l’histoire vous portera vers un élément tragique le concernant. Ce personnage était en plus devenu très proche de Sun Woo; ils avaient développé une relation fraternelle et une relation de « soldat à soldat » dirait-on aujourd’hui en restant très loyal l’un à l’autre sans distinction de rang. Suite à cet événement tragique donc, on s’attendait forcément à ce qu’il joue un rôle déterminant, qu’il aide Sun Woo à la fin; bref qu’il soit comme Ban Ryu, une clef et une force pour la trame principale de fond du drama. Que dalle!!! On ne voit en plus qu’aux dernières images de « générique » que le personnage de Dan Se a évolué alors qu’on aurait aimé voir les détails de cette évolution et les répercussions sur sa famille.

 

Vous l’avez compris, j’ai eu une très grosse déception pour le manque de développement, et pire encore, pour la quasi disparition des Hwarang dans les derniers épisodes alors qu’on les avait fait évoluer, qu’on les avait entraîné, qu’ils avaient vu leurs liens se renforcer et on s’attendait à une fin explosive en rapport avec ça. Au final, vous avez fait le plus grand saut du monde depuis le plongeoir pour vous prendre un gros plat à la fin…

 

Résultat de recherche d'images pour "hwarang drama club"

 

Rapidement:

 

- J’ai apprécié le personnage de la Princess Sookmyung et j’ai surtout aimé retrouver l’actrice de Moorim School, Seo Ye-Ji. Je trouve que les personnages avec une forte personnalité, et dans un cadre des arts martiaux encore, lui va bien.

- les personnages communiquent par télépathie. On a l’habitude que les personnages pensent à voix haute (plus pratique pour nous, téléspectateurs!) mais ici ils gardent la bouche fermée, regardent la personne, ils pensent quelque chose, nous on l’entend forcément et le personnage en face qui le fixe aussi, lui répond comme si l’autre avait ouvert la bouche!!!! Sont trop forts ces personnages! ahah A la limite, j’aurais pu ne pas mettre cet élément dans les défauts si le scénariste avait su conserver jusqu’au bout la comédie et le côté décalé avec les anachronismes et l’auto-dérision du pouvoir.

 

- Concernant la fin décevante, je mets mon avis sous spoiler (surligner pour lire):

On nous a saoulés durant quasi 16 épisodes avec de la réflexion sur la force, le pouvoir, les besoins du peuple, le roi sans visage etc etc pour au final arriver à ce qui arrive toujours: Ji Dwi au pouvoir comme sa mère le voulait. Si on avait vraiment voulu suivre l’enseignement reçu par les Hwarang et notamment la pensée de Sun Woo, qu’il faut tracer un chemin, ouvrir la voie pour le peuple lorsqu’on est/devient Roi, alors Ji Dwi aurait dû réaliser qu’il n’avait pas les épaules pour cela, que tout ce que sa mère avait fait avant, certes pour lui, le desservait aujourd’hui et qu’il devait donc raisonner sa mère et abdiquer en faveur de Sun Woo. Surtout qu’avec son sang noble, tout en ayant vécu comme Cheonin, il avait le droit d’être roi tout en ayant la mentalité d’un nouveau roi qui n’aurait jamais été influencé par le palais et ses conspirations de nobles. Je n’ai pas compris comment on pouvait faire une fin aussi bisounours sans suivre tout le développement d’avant et sans suivre le désir de Ji Dwi de ne pas vivre ainsi. Les Hwarang ont appris à suivre leur propre route, à faire leur propre choix sans influence et au final celui qui a le plus l’obligation mais le moins envie d’être sur le trône y finit…  Enfin, la Reine finit par dire à son fils qu’il a vraiment réussi à devenir Roi par sa seule force. Elle se trompe, il est devenu Roi et surtout un Roi légitime: grâce à Sun Woo et aux Hwarang. Si Sun Woo avait voulu créer une rébellion alors il aurait été suivi par les Hwarang je pense. On se doutait bien au 19e épisode que ce ne serait pas le cas , on ne fait pas une révolution en 1 épisode ahah mais lorsqu’on comprend que Ji Dwi et Sun Woo vont faire de Silla un nouveau Silla juste, bon bisounoursland, on pense plutôt qu’ils prévoient un plan pour éliminer une bonne fois pour toute le père de Ban Ryu et ses complices puis que Ji Dwi dirait « oui j’avoue que je ne suis finalement pas fait pour être roi, sois-le, je te soutiens ». Ce serait resté mignon et un peu bisounours mais plus logique…

 

Résultat de recherche d'images pour "hwarang go ara"

Ah Ro racontant ses histoires perverses (vous allez adorer!)

- j’ai trouvé que vers la fin (surtout une scène où il « tombe » devant sa mère) que l’acteur qui incarne Ji Dwi, Park Hyung-Sik, jouait mal vers la fin. En revanche, Park Seo-Joon, est toujours aussi remarquable que dans Kill me Heal Me, tantôt très sérieux et charismatique, tantôt très cool et drôle.

 

Conclusion: vous l’aurez compris après cette critique, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder la première moitié du drama qui est vraiment décalée, rafraîchissante et changeait des dramas historiques habituels même si en soi le drama n’offre rien d’exceptionnel. Le casting et les personnages secondaires intéressants sont le gros atout de ce drama (on s’imagine des couples gays de partout, c’est très amusant ) mais le scénariste a perdu de vue son objectif de comédie historique parsemée d’anachronismes décalée et l’a tourné en semi drame, vrai historique très médiocre qui gâche presque le plaisir ressenti en première partie.

Résultat de recherche d'images pour "hwarang"

 

Comme dit en introduction, je ne vous le recommande que pour vous changer de style, pour reposer votre cerveau après le travail mais n’y cherchez rien de précis à part le plaisir des yeux et quelques petits fous rires ici et là :)

 

Critique par Zadie -

A propos de dramagazine

https://www.facebook.com/dramagazine.fansub/

3 Réponses à “Hwarang”

  1. Le 1 mars 2017 à 18 h 02 min tokkitokki a répondu avec... #

    Bah pour une fois, je ne suis pas du tout d’accord avec toi sur beaucoup de points lol Tu as bien aimé le début et moi non par contre j’ai préféré la fin jusqu’à l’avant dernier épisode.

  2. Le 25 février 2017 à 11 h 41 min Zadie a répondu avec... #

    Salut Tampopo :)

    Je te comprends, quand on est fans d’historiques purs, qu’on cherche à retrouver une certaine réalité et des coutumes d’époques, c’est pas facile de se plonger dans Hwarang surtout qu’il démarre vraiment mal. Le plus triste étant qu’ils aient pas assumé ça jusqu’au bout…

  3. Le 25 février 2017 à 8 h 27 min Tampopo a répondu avec... #

    Pour ma part je n’ai pas réussi à dépasser le premier épisode, trop fan d’historiques pour apprécier le côté décalé qui m’a complètement sortie de l’histoire.

Francis.Critique |
Alloy8jelly |
Soylunainfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephane Plaza
| Sectionderecherchesfictions
| Mentalistforumfansauborddum...