100% Addictif, Chinois, Entre Deux, Envie Poésie, Kiss Him !, Let's Cry

Les Interprètes

Le français face au mandarin: un délice.

 

Afficher l'image d'origine

  • Chinois
  • Episodes:  42
  • Genres: Romance, Drame (réaliste!)

Qiao Fei est une étudiante de troisième cycle en Français qui rêve de devenir interprète professionnelle. Ayant de faibles revenus, elle doit travailler d’arrache-pied pour financer et réussir ses études.
Suite à certaines circonstances, Qiao Fei va devenir la stagiaire de Cheng Jia Yang, son mentor, fils d’un ministre des affaires étrangères et interprète de Français de génie. Très exigeant, celui-ci va mettre des bâtons dans les roues de la future interprète.

Source: Nautiljon

Malgré la qualité de ce drama, je ne ferai pas une longue critique (Zadie sait faire court?!) car une réalisation qui se focalise sur la quintessence des sentiments rend plus difficile une critique basée habituellement sur l’analyse et le décryptage des faits, jeux etc

Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu le plaisir de  voir un drama aussi réaliste dans les relations amoureuses d’une complexité inévitable entre adultes consentants. Même si on ne joue pas au « je t’aime, moi non plus », les obstacles qui se dressent sur le chemin de la douce romance conduisent toujours un des deux à vouloir abandonner soit par sacrifice pour le bonheur de l’autre soit par fierté.

Les dramas asiatiques (et même souvent occidentaux) partent du principe que deux personnages se rencontrent, tombent amoureux et rencontrent des difficultés pour être ensemble. Dans la majorité des cas, l’origine de l’obstacle est externe au couple (jalousie d’un personnage, parents surprotecteurs et snobs etc) . Dans Les Interprètes, il y a beaucoup plus de profondeur dans les sentiments des personnages et de nombreux obstacles qui permettront à chacun et chacun de s’identifier au couple à sa façon.

Une première partie plus axée sur l’interprétariat. 

Afficher l'image d'origine

Le premier tiers du drama ne vous surprendra pas ni en scénario, ni en émotions. Les premiers épisodes restent cependant accrocheurs avec les bases de la dramaturgie : une femme pauvre (Qiao Fei) va évoluer dans un milieu difficile afin de devenir une interprète de français- chinois tant en traduction simultanée qu’en traduction consécutive. Qiao Fei, talentueuse dans ces deux domaines alors que les autres peinent à devenir bon dans un, va s’attirer la jalousie de ses camarades qui ne seront vraiment pas des enfants de choeur. Sa vie sera d’autant plus difficile qu’elle aura pour mentor exigeant Cheng Jia Yang qu’elle surnommera « le Démon ». Comme si ce n’était pas assez, Qiao Fei devra assumer sa mère malade et les aventures folles de son amie et colocataire à temps partielle.

Vous l’aurez vite compris, une histoire naîtra entre le mentor et l’élève. Cependant, les parents de l’un vont se mettre en travers de leur relation ainsi que l’Institut de l’interprétariat qui a pour consignes de ne pas « fraterniser »(un peu comme dans l’armée). Pour rajouter un peu de piment, il s’avère que Qiao Fei a eu pour ex petit ami une personne trèèès proche de Cheng Ji Yang…

Qiao Fei devient vite attachante car malgré sa naïveté, elle est très têtue, persévérante, douce, intelligente et mature. Sa manière de réagir face aux situations et face aux propos désagréables des autres protagonistes la rend assez crédible pour ne pas tomber dans les clichés du personnage féminin. Nous voyons donc son évolution au sein de l’institut, le début de sa relation et des conflits et surtout nous voyons qu’elle cache une phobie qui sera le plus gros obstacle pour son futur métier !

Une deuxième partie plus axée sur leur « environnement »

Afficher l'image d'origine

Cheng Jy Yang, la coloc’ au centre, Qio Fei

Tournant le dos aux pressions familiales, le couple devra assumer les conséquences de leurs actes. Ces conséquences sont sur le plan professionnel et sur le plan personnel avec leurs amis. J’ai eu un peu plus de mal avec cette partie car elle se focalise vraiment sur les méthodes machiavéliques et les intérêts de chacun pour briser ce joli couple. Autant dire que pour moi c’est du « déjà-vu » . On tente de comprendre un mystère qui persistait du temps de son ex petit ami et qui a créé quelques quiproquos embarrassants. On tente aussi de voir comment le couple arriver à conjuguer vie amoureuse et vie professionnelle. Tout cela n’est pas inintéressant mais il m’en faut plus pour réellement me délecter d’un drama et ne pas juste dire qu’il est bon ou passable. D’autant plus que j’avais flairé dès le générique de début qu’on n’aurait pas un drama banal et qu’il sortirait des sentiers battus alors quand serais-je rassasiée?

Troisième partie: on se délecte enfin !

 

J’ai vraiment dévoré la troisième et dernière partie de ce drama car même si dans les premières parties le couple n’était pas très cliché et était déjà très mature, on passe ici un véritable degré de maturité et de complexité de relation. Oui dans tous les dramas on nous répète , on nous conditionne pour nous faire croire qu’une fois que le couple  passé les obstacles des jalousies, des interdictions parentales car la fille est trop pauvre, on voit les VRAIS obstacles propres au couple. Cette fois ce n’est pas car quelqu’un leur dit qu’ils sont nés dans deux milieux sociaux très différents que leur relation est impossible, ils s’aperçoivent et vivent vraiment les difficultés de cette différence au quotidien. Cela passe par adopter une vision des besoins dans le couple différente, ou par adopter une position plus politique et se taire car c’est qu’on a appris dans le milieu « des riches » tandis que l’autre voudra se révolter. Ou bien encore -et j’ai trouvé ça fabuleux- on voit la différence d’éducation face à la violence conjugale. L’appréciation et le traitement de la violence conjugale sont différents d’un milieu social à un autre. Le fait que le drama s’attarde dès la deuxième moitié sur la violence conjugale pour aboutir en dernière partie au regard et à la réaction des proches face à ça m’a vraiment bluffé. Enfin un scénariste qui ne caricature pas les milieux sociaux pour en faire un Cendrillon !

 

Il faut vraiment avoir à l’esprit que ce drama dégage une très grande maturité des relations de couple et cela se retrouve dans les dialogues qui ne sont pas bâclés ni courts ahah On ne restera pas juste 3 minutes à se confier à son amie pour lui dire tout ce qui nous pèse sur le coeur, pour discuter de la psychologie de certains persos etc. On sent qu’il y a une réelle volonté pour le scénariste de creuser la psychologie des persos, de montrer la complexité des sentiments. De montrer au final que ce n’est pas « on s’aime donc on va vivre heureux et avoir beaucoup (deux en chine donc mdr) d’enfants ! Qiao Fei et Cheng Jia Yang réfléchissent souvent à s’ils doivent et peuvent être vraiment ensemble; ils se disputent, se demandent pardon mais ne boudent pas, ne vont pas pleurer ou créer des scènes extravagantes pour faire culpabiliser l’autre. 

 

Les autres couples

Afficher l'image d'origine

La coloc et meilleure amie de Qiao Fei en couple avec le meilleur ami de Chang Jia Yang

Pour un couple secondaire, il est très intéressant. Tout d’abord car ce n’est pas mielleux et à vomir de clichés même si on pense que tout nous conduit à ça. La coloc’ Jia Yi est très cartésienne. Elle ne veut pas être en couple et recherche des hommes pour passer du bon temps et avoir des contacts afin de devenir riche et célèbre. A défaut d’être riche, elle compte donc bien profiter de l’argent du meilleur ami de Cheng Jia Yang (Xu Dong) qui n’est pas du tout crédule et comprend totalement les manipulations mignonnes (rien de machiavélique) de cette séduisante mais très fière femme. J’ai vraiment trouvé ça original, frais et drôle de voir enfin un personnage féminin qui ne recherchait pas le grand amour, ni l’amour, ni le statut de couple. Une femme finalement plus en adéquation avec la femme moderne actuelle. Elle qui ne veut pas de petit-ami mais qui finit par s’attacher à force de disputes à Xu Dong a trouvé la manière la plus sûre et la plus audacieuse pour rester à ses côtés à la fin du drama ;)

 

Afficher l'image d'origine

Cheng Jiya Ming (le frère du « Démon » et Xiao Hua

Hé non vous êtes tombés dans le piège! Ils ne sont pas un couple. Xiao Hua est amoureuse du frère de Cheng Jia Yang, soit Jia Ming mais ce n’est pas réciproque. Vous comprendrez vite pourquoi ;) Elle décide alors par rancoeur et par esprit filial de se marier avec un véritable pourri. Elle devra alors faire face à des combines crapuleuses de la part de son nouveau mari et subir de la violence physique et psychique. Ces deux personnages sont vraiment intéressants.

Tout d’abord, Jia Ming a une grande part dans l’histoire et n’est pas à mes yeux un réelle personnage secondaire. J’ai adoré le personnage de Jia Ming (et l’acteur alias Gao Vengo très charismatique) car il est très rare -si ce n’est la première fois en fait- qu’un personnage masculin arrive à me faire peur. Au début du drama je me suis demandée comment ils allaient vraiment poursuivre la psychologie de ce personnage assez instable et rebelle face à Qiao Fei et puis finalement on y prend goût. Masochisme ? Non, je vous rassure, c’est surtout qu’il évolue et qu’il nous montre ses bons côtés. Encore un atout de ce drama, on ne reste pas sur un personnage qui ne présente qu’un caractère.

Quant à Xiao Hua, elle est douce mais son coeur est noir. Elle ne sera pas toujours du bon côté de la ligne rouge comme on dit, mais on a beaucoup d’empathie pour elle et à la fin du drama, qui devient de plus en plus sombre et profond dans les sentiments des persos, on se prête au jeu en se demandant si à sa place, on aurait pas fait la même chose. Ce sont donc deux personnages complexes, bien plus que nos personnages du couple principal qui apporte de la qualité au drama.

 

Une culture européenne rafraîchissante 

Afficher l'image d'origine

Le drama va souvent être tourné en Suisse ! C’est toujours appréciable de voir dans des séries asiatiques des tournages en Europe.  Le drama parlera beaucoup de la culture française et suisse, on entendra TRES souvent parler le français, métier d’interprète oblige! Le drama fait aussi la promotion de nos bons vins qui sont tant chéris en Chine. Ce mélange des cultures est tantôt comique tantôt poétique mais je tire mon chapeau à ceux qui ont travaillé à ces dialogues en français car cela n’a pas dû être évident d’autant plus que dans les dramas asiatiques, on se limite souvent qu’à deux phrases en français et le reste en anglais après.  Je dis donc un grand bravo pour cette performance et pour avoir osé insérer la langue et la culture française dans ce drama !

 

Petit mot sur la fin du drama: des rebondissements et des sueurs froides 10 minutes avant la fin du drama ! Ils m’ont fait vraiment peur ces fous ! La conclusion du drama est à l’image de la psychologie générale et de l’intention du scénariste: une fin mature et réfléchie sur notre petit couple. J’ai bien aimé que ce ne soit pas du grand happy end classique. ;) Je vous laisse apprécier et n’en dis pas plus.

Question rythme: ce n’est pas un drama que vous dévorerez car il se regarde pour « la couleur des sentiments » comme on dit au Japon et pour les rebondissements de type drame. Je pense aussi qu’on apprécie moins le drama si on enchaîne tous les épisodes (et puis avec 42  épisodes , difficile!). Il faut le regarder avec patience, avec douceur comme on observe pendant une sieste un papillon virevolter. Il reste un bon drama à voir, on surpasse le rythme qui est propre au rythme un peu lent des dramas chinois , et on finit par le savourer.

 

Vous l’aurez compris, le maître mot de ce drama: maturité ! Le drama est disponible sur Viki sans viki pass ! Profitez-en tant qu’il n’est pas encore licencié. :)

 

PS: je crois que j’ai pas réussi à faire court!

 

Critique par Zadie -

A propos de dramagazine

https://www.facebook.com/dramagazine.fansub/

Les commentaires sont fermés.

Francis.Critique |
Alloy8jelly |
Soylunainfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephane Plaza
| Sectionderecherchesfictions
| Mentalistforumfansauborddum...