Films Coréens, Vaut son pesant de carottes

Dernier train pour Busan (Corée, 2016) et Seoul Station (Corée, 2015)

Train_To_Busan-p1

82979184_p

Quand les zombies attaquent le Pays du matin calme…

 

Réalisé par Yeon Sang-ho

Avec : Gong Yoo, Kim Soo-an, Jeong Yu-mi, Ma Dong-seok, Choi Woo-sik, Ahn So-hee, Kim Ee-seong…

Genre : action, zombies, horreur…

 

L’histoire : Un chauffeur de camion est arrêté sur une petite route par des hommes portant des tenues de protection contre les risques biologiques. Ils désinfectent son véhicule avant de le laisser passer. Peu après, il percute une biche qui, bien que morte, se relève.

Sok-woo vit à Séoul avec sa fille Soo-ahn, mais il est peu attentionné: il ne va pas à un fête à l’école où elle doit chanter, il lui offre un cadeau pour son anniversaire qu’il lui avait déjà offert pour la journée des enfants. Soo-ahn lui dit alors qu’elle veut retourner chez sa mère à Busan. Le lendemain, ils embarquent dans le Korea Train Express (KTX), un train rapide qui doit les amener de Séoul à Busan. Juste avant le départ, une jeune fille qui semble malade réussit à monter dans le train ; et alors que le train quitte la gare, celle-ci est envahie par un groupe d’individus qui attaquent le chef de quai.

TraintoBusan_Trailer2_og

Universel mais tellement coréen !

Le thème des zombies est loin d’être nouveau dans le cinéma international, avec ses codes, ses histoires plus ou moins sérieuses, violentes ou tournées en dérision, tantôt ultra sanglantes tantôt beaucoup plus intimistes. Art souvent réservé à un public restreint, catalogué horreur avec quelques essais de démocratisation plus ou moins ratés…

Alors ici, on pourrait se dire : “Encore un énième film de zombie ?”

Oui mais non ! Car nous sommes en présence d’un film qui respecte l’ensemble des codes du genre.

Alors oui, il va combler les amateurs du genre qui ne seront pas dépaysés bien que l’intrigue se déroule en Corée. Ça c’est pour le public lambda… Mais pour le public dont je fais partie, c’est à dire les fans de cinéma asiatique et plus particulièrement coréen, nous avons ici un film typiquement… coréen, ce qui double le plaisir, il ne faut pas se le cacher !!!

094795

Des zombies oui, mais pas que…

Nous commençons donc le voyage avec une introduction classique, qui pose le problème (les zombies), on apprend un peu plus tard dans l’histoire, le pourquoi du comment (mais chut ! en tout cas pour les amateurs ça leur rappellera des choses lol).

Ensuite on présente les personnages, coté coréen respecté, avec les problématiques sociaux-culturelles habituelles : rôle du travail, famille multi-générationnelle, séparation, pouvoir de l’argent, égoïsme ambiant, j’en passe et des meilleurs… Nous retrouvons ensuite exactement les même thèmes, une fois plongés dans les wagons du train… Toutes les catégories sociales y passent, reflétant de manière pertinente l’évolution récente de la société coréenne… : le père célibataire bourreau de travail (un excellent Gong Yoo) et la fille en manque d’affection, bien plus mature à sa façon que son père, le couple de futur jeunes parents (Ma Dong-seok est excellent en futur papa bien bourrin), les ados et leurs idylles naissantes, les ajhumas typiques, le chef d’entreprise qui se la pète et l’indispensable sans abri et bien d’autres… tous plus attachants les uns que les autres. On souffre avec eux, on déplore leur disparition, pour certains, on leur souhaite une mort horrible…. et comme moi, on a envie d’aller casser du zombies ou alors on pleure à chaudes larmes… Que d’émotion vous dis-je…

train-to-busan TrainBusan10 traintobusan9

Un train pas comme les autres.

Autre personnage important qu’il ne faut pas oublier : le KTX qui fait la fierté du pays, un des réseaux ferrés les plus modernes au monde (la  SNCF ferait bien de prendre des notes… pour l’avoir pris, je sais de quoi je parle lol).

Le fait que la majeure partie de l’action se déroule dans l’espace confiné d’un train rapide, amène de nombreuses scènes intéressantes d’un point de vu visuel et ajoute une espèce d’urgence qui donne beaucoup de rythme car il n’y a pas trente-six solutions pour résoudre les problèmes qui se posent aux héros. Quoi qu’il arrive et qui se présente face à vous, vous n’avez pas le choix, vous devez vous battre pour avancer ou abandonner. On retrouve ici un thème aussi abordé dans le très bon film : Snowpiercer.

tr3

Et les zombies dans tout ça ?

Résultat des courses, je n’ai pas vraiment eu l’impression d’aller voir un film de zombies en fait. Cela peut paraître paradoxal, mais on a presque l’impression que les zombies ne sont qu’une excuse pour faire ressortir le moi profond de chaque personnage, les faire évoluer tout au long de l’intrigue et leur faire comprendre le vrai sens de la vie dans une société impitoyable (le respect des anciens, l’entraide, l’esprit de sacrifice et de l’engagement, la solidarité… tout ce qui tend à disparaître au profit de l’individualisme…). Cette partie nous offre toute un gamme d’émotions qui vont du rire aux larmes, tout cela savamment dosé, tout en finesse.

En ce qui concerne les zombies à proprement parlé, ils sont logés à la même enseigne, tout est dans la retenue. Les transformations ont un déroulement logique au service de l’histoire, au départ assez lente, la propagation du virus dans les corps va crescendo tout au long du film.

Les effets spéciaux restent modérés sans excès mais tout à fait convaincants. Les attaques collectives sont assez spectaculaires dans l’ensemble et certaines assez originales, les corps s’amassent, s’agglutinent, semblent ne faire plus qu’un pour atteindre le même but (bouffer les vivants) mais en fait, il n’en est rien car là aussi c’est au premier qui arrive et chacun pour soi (comme quoi même mort les habitudes restent…).

Train-for-Busan-750x400

J’ai aussi bien aimé certaines astuces scénaristiques qui permettent aux protagonistes d’avancer vers leur destin… tout comme avance le train non sans encombres dans sa fuite en avant vers Busan (et pas pour aller passer des vacances dans cette populaire station balnéaire si prisée). Cette ville n’a pas été choisie au hasard car c’est la seule qui est restée sous contrôle sud coréen lors de la Guerre de Corée.

Arriveront-ils à destination ? Telle est la question !

Bref, nous pourrions passer des heures à disserter sur l’ensemble des symboliques qui parsèment ce film et qui en font un chef d’oeuvre du genre, je n’ai pas peur d’utiliser le mot. Le réalisateur nous offre un petit bijou de maîtrise assez rare dans le genre et on comprend tout de suite pourquoi il a tellement eu de succès au pays mais aussi à international… Merci le festival de Canne !!!

carote

A voir absolument même s vous n’êtes pas franchement fan du genre ! Et promis, vous n’aurez pas trop peur, enfin je crois ;-)

carote
Image de prévisualisation YouTube
bugs-bunny-carotte
Seoul_Station_(film)_poster

ob_e75a4d_5a74e81c

Réalisé par Yeon sang-ho

Avec : Ryu Seung-ryong, Shim Eun-kyung, Lee Joon…

Genre : animation, action, zombies.

L’histoire : Sortis des entrailles de la gare de Séoul, là où de nombreux sans-abris ont trouvé refuge, des zombies envahissent la ville. Alors que l’épidémie s’étend rapidement, plusieurs personnages se cherchent, s’évitent, s’entraident ou se dévorent : une jeune fille en errance, son petit ami bon à rien qui cherche à la prostituer et son père, rugueux et autoritaire… Un personnage de SDF loquace et emblématique vient compléter ce quatuor qui va devoir s’employer à survivre.

470629.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Film d’animation dont l’histoire se déroule juste avant les faits traités dans “Dernier train pour Busan” Seoul Station, nous conduit dans les bas-fond du quartier de la gare du même nom où se côtoie toute une faune éclectique de personnages exclus de la sociétés et à peine tolérés par leurs semblables. Face à l’adversité, chaque personnage en perdition va réagir à sa manière pour tenter de s’en sortir.

519140.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Avec un scénario très bien maîtrisé qui reprend de nombreuses ficelles du cinéma coréen d’action, ce drame ne laisse que peu d’espoir aux protagonistes dans une ambiance sombre, glauque, malsaine où ce ne sont pas forcement les zombies qui ont le plus mauvais rôle.

maxresdefault

Quelque peu différent de la version live un peu plus optimiste, cette animation classique d’un style assez simple et linéaire mais très soignée même si elle a un peu de mal à démarrer, raconte de manière cruelle des situations souvent absurdes ou décalées qui nous fait nous interroger encore une fois sur la société coréenne. Elle fait aussi la part belle à l’action et aux rebondissements ce qui fait que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde.

carote

Toutefois, bien que ce film d’animation soit une préquelle, il ne nous en apprend pas plus quant à l’origine du virus zombie. 

Image de prévisualisation YouTube

4 Réponses à “Dernier train pour Busan (Corée, 2016) et Seoul Station (Corée, 2015)”

  1. Le 4 janvier 2017 à 16 h 00 min Emisousou a répondu avec... #

    Superbe critique! Pour ma part j’ai beaucoup ce film de série Z. Cependant un conseil : à le voir absolument en VO. Je l’ai vu en VF au cinéma et ça m’a vraiment gâché mon plaisir.

  2. Le 23 décembre 2016 à 22 h 16 min Zadie a répondu avec... #

    Pour ma part, j’avais été assez surprise de la présence de Gong Yoo. Je l’aurais jamais imaginé sur un film avec des zombies oO J’ai donc jeté un oeil à sa filmographie l’autre soir et j’ai été encore plus étonnée de voir que finalement, un acteur aussi brillant n’a pas enchaîné les séries et/ou films. Je me demande pourquoi mais je ne pourrai pas lui demander xD

    Jolie critique en tout cas =)

  3. Le 23 décembre 2016 à 15 h 31 min tokkitokki a répondu avec... #

    Je suis bien d’accord ! J’ai la critique de The Strangers sous le coude, je la mettrai bientôt ^^

  4. Le 22 décembre 2016 à 16 h 46 min Choi Dal Po a répondu avec... #

    Annyeong :)

    C’est mon MEGA coup de coeur de l’année avec The Strangers . Il surpasse et de loin tous les films de  » zombies  » des années 2015/2016 .

    Les actrices/acteurs jouent leur rôle à la perfection , le scénario tient la route de A à Z ( et il prévoit une suite mais rien n’est encore sûr ) .

    Je pourrais épiloguer sur une centaine de page tellement ce film m’a plu .

    Un film à ne manquer sous aucun prétexte avec The Strangers :)

Francis.Critique |
Alloy8jelly |
Soylunainfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephane Plaza
| Sectionderecherchesfictions
| Mentalistforumfansauborddum...