Adrénaline, Antidépresseurs, Asie d'Antan, Coréen, Entre Deux, Kiss Him !, Let's Cry

Une Fleur en prison

Afficher l'image d'origine

Du potentiel mais trop de longueurs…

  • Genres: Historique, Drame, Comédie, Action, Politique, Romance
  • Episodes: 51
  • Corée du Sud

Résumé:  Que pouvez-vous faire lorsque le système judiciaire est hors de votre portée ? Ok Nyeo (Jin Se Yeon) est une femme née dans une prison. Sachant par expérience ce que c’est que de vivre dans l’ombre d’une personne faussement accusée d’un crime, Ok Nyeo grandit déterminée à faire ce qui est juste. Elle commence à travailler au sein du waeji-bu, un système de résolution des litiges privés durant la dynastie Joseon, précurseur du système judiciaire d’aujourd’hui. Avec l’aide de Yoon Tae Won (Go Soo), Ok Nyeo aide les gens ordinaires faussement accusés de délit afin de rétablir leur réputation, mais la reine Moon Jung (Kim Mi Sook) laissera-t-elle Ok Nyeo usurper son pouvoir royal sur son peuple ? « La fleur en prison » est un Drama sud-coréen de 2016, réalisé par Lee Byung Hoon. (source viki)

Autant vous dire que le résumé Viki ne s’attarde que sur 10% de ce qu’il se passe réellement dans le drama mais comme toujours, je les en félicite car au moins pas de risque de spoil ! ;)

Encore une fois, 51 épisodes c’est très très long ! Ils auraient largement pu condenser s’ils ne s’étaient pas perdu dans de trop longs focus de personnages secondaires qui ne font pas avancer l’histoire et n’ont surtout aucune influence sur l’histoire. Il y a également de bonnes longueurs vers le milieu du drama: j’ai dû faire pas mal d’avances rapides entre les 25-35 épisodes. La faute à quel personnage ? Toujours la faute au plus crédule des personnages et ici en plus c’est l’héroïne: Ok Nyeo ! Je ne ferai pas une critique très longue cette fois car il y aurait beaucoup trop de personnages secondaires importants à détailler et que cela me prendrait trois jours, et car c’est un drama d’entre deux qui ne m’en a pas mis plein les yeux. Je ne cessais de lire que c’était un drama co-produit avec le Ministère de la Culture. Il faut croire que dès qu’on mêle Education et Culture, on tombe dans la médiocre. Un drama bon donc mais qui ne vous donnera pas envie de le regarder un jour une seconde fois.

Le premier tiers du drama: tous les bons ingrédients présents !

 

Afficher l'image d'origine

L’envers du décor

On commence avec une immersion dans le passé qui est sombre, qui annonce de bonnes enquêtes, de bonnes surprises, des pleurs d’avance, des meurtres, des complots royaux. On s’attend à ce mélange des saveurs et on est pas déçus au début. 

Nous faisons face à une Ok Nyeo adolescente qui court dans toute la prison avec une énorme joie de vivre. Elle est déjà très érudite grâce à un sage rebelle qui finit toujours pas être arrêté pour discours politiquement non corrects. Elle grandit donc avec un sens aigu de la justice, et paradoxalement, avec la malice des prisonniers qui lui apprennent de multiples combines. Cela nous rappelle un peu l’enfance de l’héroïne dans Healer. Son intelligence sera vite remarquée par les hauts fonctionnaires de la prison mais également -par l’intermédiaire du sage- remarquée par les nobles et les « intouchables » du pays. Elle idéalisera tout ce monde jusqu’à ce qu’elle apprenne que sa mère lui à léguer un objet bien mystérieux . Il faut tout de suite préciser qu’on a la chance d’être épargnés niveau schéma parental.

Afficher l'image d'origine

Le père adoptif de Ok Nyeo, qui est officier Ji à la prison, est un peu naïf au début, s’attire quelques légers problèmes et là on a peur: Ok Nyeo héritera-t-elle d’un père boulet qui sera un fardeau jusqu’à la fin de l’histoire et qui va contrarier tous ses plans comme on le voit dans plein de dramas? On poursuit le drama et OUF ! Non l’Officier Ji sera un EXCELLENT père: il la protégera, l’aidera et n’hésitera pas à prendre des risques pour elle (corruption, vols etc). On évite vite un cliché paternel, ça nous rassure et cela nous incite surtout à poursuivre l’aventure !

Puis Ok Nyeo fait la connaissance d’un mystérieux prisonnier dont on ne sait pas le nom, qui est méconnu de la plupart des officiers de la prison et seuls le Directeur de la prison (Jung Dae Sik) et son assistant savent qu’il est retenu prisonnier depuis près de 20 ans. Ce prisonnier se nomme Park Tae Soo et il va changer la vie de Ok Nyeo et la changer elle-même.

Ok Nyeo va devenir l’apprenti de Park Tae Soo afin de gagner de la force, des connaissances linguistiques, historiques et politiques et surtout des connaissances plus… physiques. Je ne vous en dis pas plus sur la nature de cet apprentissage et surtout où cela va les conduire… Vous êtes frustrés? Oki voici un petit indice en image:

Afficher l'image d'origine

Durant ces premiers épisodes, nous faisons aussi la connaissance en prison d’une palettes de personnages secondaires: des voleurs, des professionnels en arnaques et impostures, des faussaires, des  bagarreurs. Notamment la connaissance de Yoon Tae Won, le personnage masculin principal du drama. Bien connaître les personnages secondaires sont très importants dans ce drama car ils sont très très récurrents tout le long du drama et ils entoureront Ok Nyeo dans son idéal de vengeance. Les personnages secondaires hors de la prison sont aussi très très importants: les officiers de police et les servantes de la Reine, du Roi, les Gardes de l’armée personnelle de chacun des deux, les Ministres. Autant vous dire que niveaux personnages on n’a pas de quoi s’ennuyer et pourtant….

L’ennui s’invite au milieu du drama !

Je fais exprès de ne pas rentrer dans plein de détails pour ne pas faire 10 pages de critiques (car si je rentre dans les détails, c’est vraiment ce qui nous attend; j’aurais eu la motivation si cela avait été le drama du siècle mais là.. >< ) et pour ne pas vous casser quelques surprises scénaristiques. Comme dans pas mal de dramas moyens, il y a un cycle de la vengeance qui s’installe. Les gentils tiennent tête aux méchants, les méchants répliquent, les gentils s’emballent, les méchants vont toujours jusqu’au bout tout de même à l’extrême mais c’est réaliste au moins et les gentils eux se retiennent pour rester gentils mais du coup on se tape plus longtemps les méchants et on se tape surtout 51 épisodes !!!! Hm désolée je m’emporte un peu.

Le cycle ne fait pas avancer l’histoire, n’apporte même pas de mélo drames donc pas d’émotion, pas de peur pour ne serait-ce qu’un personnage secondaire . Du coup, on se demande un peu pourquoi s’être entêtée à faire traîner l’histoire ainsi… On fait des avances rapides, on laisse les moments de comédie des personnages secondaires surtout ceux avec les officiers de la prison et le Directeur de la prison qui est à mourir de rire. C’est vraiment dommage d’avoir à portée de main autant de personnages à utiliser et au final de tourner en rond pendant plus de 10 épisodes.

Ils auraient pu profiter du passage où Ok Nyeo sera éloignée de la capitale (je ne vous dis pas pourquoi ni comment) pour la laisser plus se rapprocher et développer une affinité nouvelle et concurrente à celle qu’elle avait avec Yoon Tae Won, avec le personnage mi secondaire-principal qui est un des membres de la « Police ». Je ne dirai pas le nom de ce personnage pour vous laisser savourer ça.

Et puis le scénariste se ressaisit , il modifie un peu la psychologie des personnages et on redevient à nouveau accros.

 

Une fin de drama plutôt « réussie » 

Malgré les petites incohérences habituelles qu’on a appris à laisser de côté pour ne pas juger plus sévèrement les dramas, le dernier tiers du drama est tout de même assez bon. Le rythme s’accélère, les complots prennent une plus grosse ampleur et surtout il y a une très grande implication du Roi avec Ok Nyeo. On apprend aussi de manière certaine l’identité de Ok Nyeo, et la vérité sur la mort de sa mère. Il y a pas mal de révélations, des meurtres, des enlèvements (beaucoup quand même lol), de la torture etc. La fin est bonne pour un happy end mais le clan des gentils nous embête vraiment. Ils décident à la fin du drama de se mettre au niveau des méchants et d’employer les mêmes méthodes sauf qu’en fait, quand ils ont un personnage clef et dangereux entre leurs mains, Ok Nyeo réagit ainsi: « oh non laissons-le partir pour prouver que je suis clémente même si je sais qu’il me remerciera pas et tentera encore de me tuer ». Et là, croyez-moi vous avez envie de la tuer et vous criez devant votre écran ahah. Bon heureusement à la fin on assiste à ce qu’on attendait depuis 20 épisodes environ mais la grosse faute historique c’est que Ok Nyeo arrive à conjuguer cette fin avec sa vie d’antan alors que dans la réalité, elle serait restée confinée dans ses nouvelles fonctions…

Afficher l'image d'origine

 

Tomber dans le piège protocolaire – mauvaise réalisation

Pourquoi promouvoir le drama comme une série culturelle en impliquant le Ministère alors que le côté historique n’est pas si visuel. Pour une série, on ne s’attend pas seulement à une exactitude circonstancielle des faits, moyens, fonctions de l’époque mais on aurait aimé que le décor nous en jette plein la vue comme dans la Légende de Lu Zhen. En dehors des gisaeng, les costumes et maisons des nobles sont très très pauvres. Peu de variété d’habits, des décors pas du tout raffinés et surtout pour ce qui semble être une capitale, on tourne beaucoup en rond. 

Souvenez-vous que dans Lu Zhen, j’avais évoqué le fait que cela donnait une impression de huit clos puisqu’on ne sortait quasiment pas du palais. Toutefois, on ne tournait pas en rond et cela ne nous pesait pas. Ici c’est tout le contraire. On a toute une ville à notre portée mais -probablement faute de moyens financiers- on voit tout le temps, mais alors vraiment tout le temps, les mêmes maisons, la même ruelle, la même prison. C’est pourquoi il vaut mieux le regarder avec un autre bon drama en parallèle en n’enchaînant pas trop tous les épisodes sinon on a vite mal à la tête.

Là où on retrouve par contre le côté éducatif-historique mais qui dessert le drama, c’est dans les protocoles. Les personnages qui s’inclinent dix mille fois en un épisode devant les nobles, les réponses courtes et polies pour « rester à sa place », et surtout un truc qui m’a donné un fou rire car j’ai fini par craquer c’est la phrase culte de la Reine Mère »faites le/la rentrer ». A savoir que la Reine Mère ne marche que pour aller aux quartiers du Roi, et sinon on ne la voit JAMAIS bouger de son « bureau » d’appoint. Même le bureau de la prison est plus confortable ! On la voit donc de manière très répétée dans sa chambre, assise, avec son air grave et supérieur, répéter en boucle cette phrase. My god, j’en pouvais plus !

Voici donc comment s’enchaînent les scènes du drama: protocole – dialogue entre A et B avec A qui ordonne à B d’aller parler à C – protocole – B parle à C – protocole et ainsi de suite avec chaque groupe de personnages. Ce n’est donc pas fluide du tout!!! Et surtout au bout de 10-15 épisodes, on a bien intégré qu’il y avait des protocoles à cette époque. Ils auraient dû avoir l’intelligence de nous épargner des protocoles une fois sur deux et commencer directement par des réactions et des dialogues dans les scènes plutôt que par les courbettes etc.

Et puis il ne faut parler que lorsqu’on est assis voyons! Donc ils ne parlent que lorsqu’ils sont assis dans la même pièce de la maison qu’on voit « inlassablement »… enfin si on s’en lasse beaucoup :p

 

Déceptions de personnages et/ou d’acteurs

-Afficher l'image d'origine L’actrice Jin Se-Yun qui joue Ok Nyeo a un jeu vraiment peu diversifié. 98% du temps du drama elle a toujours la même expression avec les sourcils levés pour exprimer qu’elle est: inquiète, en colère, triste, surprise. Autant vous dire qu’elle la capacité d’expression d’une moule pour une actrice. Même des personnages secondaires dans des dramas historiques divers et variés arrivent à me procurer plus d’émotion, plus de larmes et plus de frissons.

- Afficher l'image d'origineLe Roi, ni bien ni mal interprété mais on a vu mieux. Le souci est surtout au niveau du personnage. Son implication dans la vie d’Ok Nyeo devient de plus en plus capitale mais on développe peu le personnage et on le laisse en second plan derrière Yoon Tae Won trop souvent alors que Yoo Tae Won a vraiment un rôle et une intervention mineure à certains moments. Son affection et sa préoccupation pour Ok Nyeo sont vraiment touchantes et il doit souvent faire faire à un dilemme entre la justice mise en évidence par Ok Nyeo et son devoir filial.

- Soon Geum, la servante amoureuse du Ministre diabolique Won Hyung, et c’est la grosse potiche de l’histoire. Pire que ça, j’ai jamais vu une chaudasse historique aussi pénible en jeu d’acteur et en personnage. Elle apporte rien à l’histoire, rien en comédie, c’est un personnage hyper lourdingue !

Afficher l'image d'origine Le personnage de Sung Ji Hoon est un personnage que j’ai bien apprécié. L’acteur est également assez intéressant, j’ai hâte de le voir ailleurs dans un rôle plus conséquent que dans le drama I Hear your voice (vous devinez qui il était? :p Un petit rôle) La grosse déception ici est qu’il aurait dû occuper de plus en plus de place dans l’intrigue vu qu’il a un gros désir de vengeance aussi à partir d’un certain moment. Le scénariste nous avait en plus vendu du rêve dans la première moitié du drama dans le sens où Ji Hoon suit une psychologie assez précise au début et il y a un gros revirement de psychologie. J’adoooore les revirements de psycho de personnages! Les personnages qui sont tout le temps tout gentil, ou tout le temps méchants sont peu stimulants. On nous fait alors croire qu’on va en apprendre beaucoup plus de ce personnage, on part vers sa famille et puis boom vengeance et après à nouveau focus sur Ok Nyeo et des personnages inutiles comme la servante… Le scénariste mérite quelques claques !

Afficher l'image d'origine - Dernière déception avec le personnage de Shin Hye, la fille de la méchante Jung Nan Jang -concubine du Ministre Won Hyung- Celle-ci est promis en mariage à Sung Ji Hoon (personnage du dessus) et elle en est très amoureuse. C’est une vraie peste, on va la détester pendant une vingtaine d’épisodes et puis petit à petit elle s’adoucit et elle prête attention aux conversations de sa famille. Elle entend beaucoup de choses, s’en inquiète mais on ne sait pas pourquoi, même s’ils filment ça, Shin Hye n’intervient jamais en faveur de son chéri ou de sa famille. Elle reste un bébé du début à la fin alors que son jeu d’actrice est plus varié qu’Ok Nyeo et qu’il aurait été intéressant de la voir hésiter plus à aider le club des gentils bisounours.

Les personnages qui se démarquent (rapidement) :

Afficher l'image d'origineDans le top jeu et personnage remarquable:  Jung Nan Jung. La grande diablesse de l’histoire mais très très intelligente. Elle a une certaine grâce, elle dégage une autorité naturelle et elle mène toute la capitale, la Reine et son mari Le Ministre par le bout du nez ! Elle est vraiment partie de rien pour devenir une géante. Malheureusement, c’est une véritable garce qui nous apportera assez de piments tout le long du drama lol

Afficher l'image d'origine

Le personnage de Park Tae Soo qui est quand même assez fortiche pour ne pas avoir, en 20 ans de prison, des muscles tout atrophiés. Il a vraiment une histoire intéressante, remarquable et il changera de nombreuses fois le court des choses, jusqu’à la fin du drama d’ailleurs! On s’attache surtout à lui, à sa peine et à son fardeau.

On s’attache aussi à toute une palette de personnages secondaires qui vont aider Ok Nyeo et j’ai même donné des surnoms à certains. On a les Dupont et Dupond qui sont le duo d’arnaqueurs qui montent des coups assez bien recherchés et bien faits à la Ocean’s Eleven version ancienne Corée ahah. On a aussi le rappeur Chun Dong avec toujours un bandana sur la tête x). Et puis on aussi le personnage de Man Ok qui est vraiment un très fort caractère, une femme forte , tordante qui -avec le Directeur de la prison- fait 98% de la bonne comédie du drama.

Afficher l'image d'origine

Man Ok au centre et à droite, vous aurez reconnu au banada :p

Je me suis aussi surtout attachée au sage Lee Ji Ham qui avait enseigné à Ok Nyeo plus jeune en prison mais, pour une raison totalement connue dans l’histoire, il disparaît souvent du paysage alors qu’il est intelligent et qu’il avait promis dans le 2e moitié du drama de l’aider. On aime aussi Kang Sun Ho, chaetamin (chef des services secrets en gros) qui est très discret et efficace à la fois.

 

Vous l’aurez compris, il y a beaucoup de personnages secondaires intéressants qui sont d’ailleurs plus attachants que les personnages principaux.

 

En conclusion

 

Un drama au rythme très irrégulier avec un personnage féminin principal qui est très coincé niveau jeu d’actrice. Je le recommande tout de même pour : l’histoire générale, les scènes avec le Roi, les scènes de combat, les complots et pour la fin. =) Regardez-le toutefois entre deux dramas quand vous vous ennuierez. C’est encore une fois frustrant de voir tant de potentiel pour si peu de réalisation et tant de défautsde scénario.

 

아듀! 8개월의 대장정 끝낸 <옥중화>가 남긴 것들, BEST4 이미지-1

A bientôt !

 

Critique par Zadie -

Mots-clefs :,

A propos de dramagazine

https://www.facebook.com/dramagazine.fansub/

Une réponse à “Une Fleur en prison”

  1. Le 13 décembre 2016 à 13 h 12 min dramagazine a répondu avec... #

    En regardant Gobelin, je viens de réaliser que j’ai oublié un défaut dans une Fleur en prison. Par rapport à la majorité des dramas d’Asie d’antan, ici l’éclairage n’est pas du tout maîtrisé. Evidemment que lorsqu’une pièce est allumée uniquement avec des bougies, etc, la luminosité n’est clairement pas la même que lorsqu’on a désormais l’électricité avec une ampoule au plafond. Là, lorsque le soir arrive, on a des scènes avec une lumière interne très forte alors que ça ne colle pas du tout à la réalité. Ca et les décors peu travaillés apportent peu de crédibilité au contexte historique….

Ajouter votre réponse

Francis.Critique |
Alloy8jelly |
Soylunainfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephane Plaza
| Sectionderecherchesfictions
| Mentalistforumfansauborddum...